Notre périple

Publié le par allanland

Pour l'aller, nous avons pris le ferry TOULON/AJACCIO (6 heures de bateau quand il n'y a pas de retard, et il y en a eu) et pour le retour, BASTIA/NICE, (En 5 heures, c'était fait) le tout par CORSICAFERRIES.
Nous sommes allé dans la famille d'un des 2 couples qui étaient avec nous , les 7 premiers jours, à BOCA DELL ORO, près de PORTO VECCHIO. Nous avons été dans des criques fantastiques, sur des plages magnifiques, dans des torrents aussi frais que la mer était chaude, bref que du bonheur à l'état brut, mais sans poser les roues hors bitume, puis les 3 derniers jours, dans un gite à SISCO, dans le Cap Corse, 15 Km au dessus de BASTIA, qui comme par hasard, était le départ du fameux Road Book.
Dans le gite où nous étions, nous avons rencontré Patricia, qui s'occupait de nos petits déjeuners. Toujours par hasard, nous avons appris, en discutant qu'elle était l'épouse du président du club 4X4 CORSICA JEEPERS. C'est une passionnée de 4X4 qui a déjà participé au Rallye Aïcha des gazelles et qui y repart cette année.
Sur ses conseils, nous avons été faire le plein à la station service de BRANDO où, encore pas hasard ou alors c'est de la chance, nous avons été surpris de voir que le Toy rouge décrit page 30 à 34 du UNIVERS TOY' N° 3 y était stationné. Le patron de la station nous a indiqué que son propriétaire, William NICOLOPOULOS, accessoirement, président du team 4X4 des Scarabées et la personne ayant effectué les repérages pour le Road Book se trouvait dans l'atelier.
Ces deux personnes nous ont fournis une tonne de conseils plus judicieux les uns que les autres, entre autre, de ne pas faire le trajet Moulin de MATTEI/Plage, (Carte 6 page 104) fermé et sous la surveillance du Conservatoire du Littotal, ce qui nous a permis de profiter pleinement de notre excursion, ainsi que les pompiers locaux auprès de qui nous avons pris les dernieres consignes ( Que quelqu'un ai connaissance de notre itinéraire, ne pas en changer, avec des téléphones portables chargés, de l'eau, des pantalons s'il faut marcher dans le maquis et plus curieux, briquet et allumettes, cela pour pouvoir allumer un petit feu, sans qu'il se propage au maquis, bien sûr,  et se faire repérer très rapidement, les pompiers et les sapeurs forestiers effectuant des gardes actives en plusieurs points stratégiques).
A SISCO, nous avons essayé plusieurs mode d'hébergements et de restauration, avec plus ou moins de bonheur. Ayant quelques adresses, je les tiens à disposition.
Le sud de la corse, avec ses plages de sable fins, ses criques encaissées qui se meritent, est d'une beauté exceptionnelle, mais le nord, différent, avec ses plages de galets, ses villages hauts perchés et perdus et tout aussi magnifique.
Partout, l'eau est d'un bleu turquoise.
Par contre, nous y sommes allés en Aout et il n'avait pas plu depuis Mai. La nature, d'une beauté exceptionnelle est très fragile à cause de la sécheresse et à chaque fois que nous nous sommes stationnés pour prendre des photos, nous l'avons fait au milieu de la piste, de peur de provoquer un départ d'incendie avec le maquis touchant le pot d'échappement.
Le corse est fier, mais il a raison de l'être, son pays est splendide.
Après avoir fait le tour, sur bitume, du Cap Corse, nous sommes allés nous en mettre plein les yeux et "bouffer de la poussière" sur des pistes très roulantes et très bien entretenues, qui comportent chacunes plusieurs niveaux de difficulté et permettent toujours d'arriver à bon port et de ne pas stresser outrageusement sa copilote.

PS : Désolé pour la qualité des photos et la présence d'un point à leur sommet, mais l'appareil photo n'a pas supporté que je lui tombe dessus, avec mes 100 et quelques kilos, le premier jour de notre arrivée en corse.
L'affichage des photos ayant explosé, elles ont toutes été prises avec le viseur.

Fini le blabla, place aux photos.

Bon voyage en notre compagnie.

Laurent, Eva, Pierre et Clothilde.

Publié dans Vacances en Corse 2008

Commenter cet article